Mobilisation citoyenne

1) Définition

Dans les territoires, où les défis se multiplient, de nombreux citoyens ont besoin de se sentir reconsidérés, de retrouver une utilité sociale, d’améliorer leur condition de vie et de s’inscrire dans des relations sociales plus solides, que ce soit par le travail ou d’autres activités quotidiennes.

Pour que les citoyens bénéficient de davantage de « bien-vivre », il s’agit de les mettre en mouvement pour construire de nouveaux liens et lancer de nouveaux projets, d’où l’expression de « mobilisation citoyenne ».

Cette mobilisation peut s’appliquer pour lutter contre toutes sortes de crises : écologique, alimentaire, économique, climatique…

2) Approches de la recherche

La littérature scientifique montre qu’il existe deux méthodes de « mobilisation citoyenne » pour engager les citoyens et l’ensemble des acteurs dans une transition :

  • L’approche descendante (ou top down) est impulsée, voire imposée « par le haut » via un pilotage directif actionné par les institutions et les autorités en place. Ce qui est souvent appelé « participation citoyenne » ou « concertation » consiste à ouvrir des instances de délibération sur un temps déterminé, souvent pour légitimer une décision. Cela passe souvent par un « budget participatif », une « consultation » ou « enquête publique » sur des projets urbains. En matière écologique, les efforts en matière de transition se traduisent souvent par une hausse de la fiscalité imposée aux « usagers » (et non aux citoyens). Cela explique une perception punitive comme on a pu le voir avec le mouvement des « Bonnets rouges » en Bretagne en octobre 2013 ou les « Gillets jaunes » à partir de novembre 2018.
  • L’approche ascendante (ou bottom up) est une démarche qui consiste à faire remonter les besoins et initiatives des citoyens vers leurs élus afin qu’ils soient discutés puis inclus dans les dispositifs de politique publique. Via ce type de « mobilisation », l’objectif est de faire de l’ensemble des citoyens des moteurs de l’écosystème de l’innovation territoriale.

3) Approche de Crois/Sens

Crois/Sens ne remet pas en cause le pouvoir et le rôle des élus. Pour Crois/Sens, les 2 méthodes ascendantes et descendantes sont complémentaires et doivent être utilisées pour repenser la transition environnementale, sociale, économique. Crois/Sens parie davantage sur l’implication citoyenne comme moteur d’un changement plus rapide et efficace.

Le « protocole » mis en place par Crois/Sens vise à les accompagner dans cette reconquête en pariant sur une démarche collective et une complémentarité entre leurs ressources individuelles. Pour cela, il faut d’abord créer des « alliances inédites », c’est-à-dire mettre en lien tous les acteurs du territoire et leur faire prendre conscience de leur rôle clé dans une « co-innovation » efficace et durable. C’est un nouveau modèle d’organisation territoriale qui est nécessaire pour faire face aux nombreux défis contemporains.

Ce protocole, conçu comme une méthode opérante, permet d’engager une transition réussie et légitime. Par une approche partant de l’engagement citoyen, il s’agit d’impliquer ces citoyens, grâce à l’aide de tiers-lieux (comme les CitéoSquare) et de la Plate-forme « Bien-Vivre Maintenant », dans l’action et d’en faire les acteurs locaux d’une transition plus légitime et mieux réussie. En effet, des projets mis en place sont plus inclusifs, plus acceptés et donc plus durables. La capacité d’agir de chacun dans un collectif en est la clé. C’est ainsi qu’a été organisé un festival appelé « Festival UtopiC & Co » dans la ville de Mirecourt par exemple.

Dr Sebastien Poulain

Chargé de recherche Crois/Sens

Références :

BALLAN Étienne, BAGGIONI Vincent, MÉTAIS Julie et LE GUILLOU Anne, « Anticipation et contrôle dans les débats publics : le cas des premiers débats « nucléaires » », in Le débat public : une expérience française de démocratie participative, La Découverte, Paris, 2007, p123­133

BERNARD Maryvonne et POULAIN Sebastien, « Refaire le monde autour d’un café : l’exemple du café participatif UtopiC de Mirecourt », Nouvelle revue de psychosociologie, n°28, 2019, https://www.editions-eres.com/ouvrage/4509/faire-societe-autrement

BLONDIAUX Loïc et FOURNIAU Jean-Michel, « Un bilan des recherches sur la participation du public en démocratie : beaucoup de bruit pour rien ? », Participations, vol. 1, n° 1, 2011

BLONDIAUX Loïc, « Métamorphose de la démocratie : vers une démocratie réelle », in Conférence donnée au cours de la session 2011 des Semaines sociales, « La démocratie une idée neuve », Semaines sociales de France, 2011

BACQUE Marie-Hélène et BIEWENER Carole, « L’empowerment, un nouveau vocabulaire pour parler de participation ? », Idées économiques et sociales, n°3, 173, 2013, p25­32

BACQUE Marie-Hélène et MECHMACHE Mohammed, Citoyenneté et pouvoir d’agir dans les quartiers populaires. Pour une réforme radicale de la politique de la ville, rapport remis au ministre délégué chargé de la Ville, La Documentation française, Paris, 2013

BACQUE Marie-Hélène et SINTOMER Yves, La démocratie participative. Histoire et généalogie, La Découverte, Paris, 2011

LANDON Aurélie, « De la participation au design thinking, la participation saisie par la nébuleuse des « entrepreneurs militants » », Lille GIS Participation et Démocratie, 4èmes journées doctorales sur la participation et la démocratie participative, novembre 2015, 2016

MOREL Camille, « Retour sur les 3èmes rencontres de la participation », crois-sens.org, 13 mai 2019, http://crois-sens.org/2019/05/13/rencontres-nationales-de-la-participation/

MOREL Camille, « Transition environnementale : quel rôle pour les citoyens ? », crois-sens.org, 7 décembre 2018, http://crois-sens.org/2018/12/07/transition-environnementale-citoyens/

MOREL Camille, « Des réunions publiques pour préparer le festival Utopic & Co », bien-vivre-maintenant.fr, 2 novembre 2018, https://bien-vivre-maintenant.fr/non-classe/reunions-publiques-utopic/

MOREL Camille, L’aménagement des espaces publics : objet de débat et d’antagonismes. Le cas des parcs Lezama et Micaela Bastidas à Buenos Aires, thèse de doctorat en urbanisme et aménagement de l’espace, Université Paris-Est, 2016

POULAIN Sebastien, « Alliances territoriales : compte-rendu des 5èmes rencontre des pionniers des alliances en territoire », Crois-sens.org, 30 août 2019, http://crois-sens.org/2019/08/30/alliances-territoriales-5emes-rencontres-pour-de-linnovation-collective/

POULAIN Sebastien, « Inform’action pour un Festival UtopiC », crois-sens.org, 27 novembre 2018, http://crois-sens.org/2018/11/27/informaction-pour-un-festival-utopic/

TALPIN Julien, « Jouer les bons citoyens. Les effets contrastés de l’engagement au sein de dispositifs participatifs », Politix, n°75, 3, 2006, p11­31

TALPIN Julien, « La démocratie participative marginalisée par le pouvoir local », Savoir/Agir, n°3, 25, 2013, p23­30

Commentaires

  1. Pingback: Philippe d’Iribarne – Le Labo du Bien-Vivre

  2. Pingback: Bien-vivre – Le Labo du Bien-Vivre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *